La Ville de Niort
Bienvenue à Niort

La Ville de Niort

Tout sur Niort: les réunions du conseil mais aussi nombre d'informations sur les filières et métiers. (Forum non Officiel des Royaumes Renaissants)
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'histoire de Niort

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elhana
Admin
Admin
avatar

Messages : 525
Date d'inscription : 28/11/2009
Age : 25
Localisation : Niort

MessageSujet: L'histoire de Niort   Lun 7 Déc - 21:07

L'histoire de Niort


Origines

Niort fut d'abord une agglomération gallo-romaine, nommée Novogorum (nouveau gué), épousant une boucle de la Sèvre, située près de l'ancien golfe des Pictons, cuvette baignée par l'océan Atlantique et par les eaux douces des fleuves.

Au Ier siècle, Niort a été un relais commercial important voire politique et religieux mais vers 80 après J-C. l'agglomération s'est affaiblie, le premier stade de la romanisation ayant été amorcé. Elle est déjà un centre de tissage et de tannage du cuir.

Les Francs occupèrent ensuite la ville comme en témoigne l'existence d'un cimetière mérovingien mis au jour à la Recouvrance. Du fait des invasions, la ville gallo-romaine dut être désertée et la vie s'implanta sur les collines de Notre-Dame et Saint-André. Leurs hauteurs offraient la possibilité d'une surveillance et une sécurité plus grandes car la Sèvre navigable servit de voie de pénétration aux envahisseurs normands (IXe siècle).

En 940, les Normands ravagent le bourg.


Moyen Âge


La ville fait partie du comté de Poitiers.

Elle passe avec la dot d’Aliénor d'Aquitaine d’abord sous autorité du roi de France, Louis VII puis avec son remariage, dans les domaines du roi d’Angleterre. Cette situation ne fut pas sans quelques avantages. En 1203, Aliénor accorde aux Niortais une charte de franchise. Son royal époux, Henri II Plantagenêt puis son fils Richard Ier Cœur de Lion, fortifient la citadelle avec un château et une enceinte qui avait une longueur de 2 800 m, soit presque le double de celle de Carcassonne. Seul subsiste aujourd'hui l'imposant donjon double.

En 1241, le frère de St Louis, Alphonse de Poitiers reçoit le comté de Poitiers en apanage dont Niort. Et celui ci voulant augmenter les revenus de son domaine, va favoriser le commerce en créant une halle à Niort.

Revenue donc dans le giron français, Niort résiste à un assaut du comte de Derby en septembre 1346 (guerre de Cent Ans). Elle repasse néanmoins sous bannière anglaise à la signature du traité de Brétigny, en 1360. Cependant, en 1368, la ville se révolte suite à la tentative du prince noir, Edouard de Woodstock, héritier du trône d'Angleterre, d'imposer lors des états généraux de la province, une redevance de 10 sols par foyer. Mais la ville est prise d'assaut et la population massacrée.

Bertrand du Guesclin reprit Niort aux mains des Anglais le 27 mars 1373. Pour cela il usa d'un stratagème, celui de revêtir d'uniformes anglais deux cents de ses plus braves soldats. À leur vue, les sentinelles ennemies abaissèrent le pont-levis. Les Français entrèrent dans la ville et désarmèrent les Anglais. Ainsi Niort réintégra le royaume de France.

La ville est offerte par Charles VII au duc d'Alençon, Jean II - qui était l'ami de Jeanne d'Arc - en 1423. Il la perdra en 1442 après avoir participé à la praguerie de 1440.

Pendant la Praguerie (1440), soulèvement contre les réformes de Charles VII, le dauphin futur Louis XI, fit de Niort son quartier général et lui accorda de nombreux privilèges. [ Plus tard en 1461, devenu roi, il fera de la charge de maire une charge annoblissante.]

Au XIVe siècle les drapiers, les tanneurs faisaient la réputation de Niort. La fin du Moyen Âge voit le creusement du port qui assurera l'essor commercial de la ville en la reliant à l'océan Atlantique. Creusé par ordre de Jean de Berry, comte du Poitou et frère de Charles V, le port expédiait en Flandre et en Espagne du sel, du poisson, du blé, de la laine et bien sûr des draps et des peaux… Dans le même temps, les Niortais tiraient orgueil et profit de leurs foires et marchés, pourvus de halles qui compteront parmi les plus belles du royaume.


Dernière édition par La_justiciere le Ven 23 Avr - 23:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fayom
Capitaine de la compagnie des Chardons Noirs / Maire de Niort - Admin
Capitaine de la compagnie des Chardons Noirs / Maire de Niort - Admin
avatar

Messages : 3556
Date d'inscription : 28/11/2009

MessageSujet: Re: L'histoire de Niort   Jeu 7 Jan - 23:40

Le 19 juillet 1453 voit l'arrivée à la mairie d'un des plus grands hommes de la ville : Perrichon, un ami de précédent maire et comte du Poitou Mique. Celui ci remportera les deux élections suivantes mais lors de son troisième mandat, Weediz le chasse de son poste le 22 septembre.

Deux jours plus tard, le 24, Knight_who_ says, cousin du comte de Châtellerault Mique et ancien juge du comté, prend la mairie et le 2 il s'enfuit avec la caisse ( ~ 18000 écus ) à la demande du comte du Poitou démissionnaire Akxos (qui demandera aussi à son CAC Tibet de piller les caisses du comté soit presque 30000 écus). Cette action fut entreprise par les Amis des Anges en représailles du meurtre de Mique par l'inquisition. Florie, élue après une vacance de quelques jours, s'emploie alors à redresser l'économie de la ville qui est au plus mal. Malheureusement avant le terme de son mandat, une groupe de villageois sous la houlette de Supermeme s'empare de la mairie le 22. Pour peu de temps toutefois car Toucoul, mari de Florie, reprend la mairie le lendemain et la tient jusqu'aux élections du 29.

Le 14 janvier 1454, le maire Kardayel en désaccord avec la politique économique libérale du comte Erasmus, décide de démissionner. C'est Perrichon qui prend sa place en attendant les élections du 22. Election qui voit la victoire de Murdespoir. Seulement celle ci se relevant totalement incapable, aussi la ville se révolte 6 jours plus tard et replace Perrichon à la mairie.

Le 9 août 1454,  le maire Galaad en conflit avec le conseil comtal décide de mener campagne pour les prochaines élections. Il se rend alors à Saintes pour trouver des soutiens politiques. Profitant de ce départ, le comte Faooeit décide de traduire le maire en justice pour abandon de poste et demande à l'armée de s'emparer de la mairie. C'est le soldat Khelmas qui assure l'intérim à la mairie. Mais la population Niortaise n'accepte pas cette action, et c'est 32 villageois, donc les forces de police, qui se révoltent le lendemain et reprennent la mairie; Willem49 devenant le nouveau maire.

Le 23 septembre 1454, le maire Wasoste décède assassiné à la sortie de la taverne municipale à peine élu. Bien évidemment c'est Perrichon qui le remplace. Mais cette fois ci, il décida de participer aux élections qui suivirent et remporta sa quatrième victoire.

le 12 décembre 1454, encore un maire qui décède durant l'exercice de sa fonction. Cette fois ci, c'est dame Mymylang qui faisait son deuxième mandat consécutif. Et une nouvelle fois, c'est Perrichon qui fait office d'intérimaire. Ce sera sa dernière apparition à la mairie, mais Niort va découvrir lors des élections suivantes, son nouveau héros en la personne de Cristof.

Le 5 janvier 1455, le comte Mazarin, déchu de son titre par le roi, proclame l'indépendance du Poitou. Le maire Cristof sentant les troubles qui apparaissent à l'horizon, décide alors de cacher les caisses de la mairie.

Le 16 janvier 1455, le conseiller Chrys80 crée les distinctions de "Grand Serviteur de Niort" et "Serviteur de Niort". Cette distinction est symbolisée par un bouclier et une bannière. Messire Perrichon est choisi pour devenir le premier Grand Serviteur. Mais alors que tout est prêt pour la cérémonie, cela tombe à l'eau et la distinction tombe aux oubliettes.

Fin février 1456, alors que nous sommes en guerre contre l'Anjou depuis que le comte Baillant l'avait déclaré en décembre, une armée angevine commandée par Pepe_Kaly fait le siège de la ville. Le maire Asjka organise merveilleusement la défense malgré que de nombreux Niortais soient parti en guerre sous l'étendard du vicomte de Châtellerault Morgul. Finalement, l'armée angevine signe sa réddition le 28 et fuit par la Bretagne.

En mars, la ville est dirigée par le Thouarsais Odysseus comme la coutume poitevine l'autorise alors. Mais celle ci est modifiée durant le mois et Odysseus malgré une demande de dérogation ne peut se présenter pour un second mandat. Désormais les candidats à la mairie de Niort devront être Niortais !

Le 9 avril 1456, le maire Vince03, très souffrant, abandonne sa charge au profit de Cristof. Celui dans la foulée va faire trois mandats.
C'est en avril aussi que l'Hérétic Soule Club ( 1. Vincent07 2. Ironflo 3. Lawly 4. Cristof 5. Asjka 6. Craftouille 7. Luliu 8. Sancie 9. Morgul (cap) 10. Cylvia 11. Mousse4480 )  finit finaliste de la troisième coupe de soule royale, perdant malheureusement en finale contre Conflans lez Sens.

En juin 1456, devant la menace bretonne ( guerre de Bretagne (17/04 - 23/07), d'ailleurs une partie de l'armée poitevine participa à la prise de Vannes (14 mai) ), le maire Cristof crée le Groupe d'Intervention de la Garde Niortaise ( GIGN, non sorti de l'imagination de Datan ). Le GIGN est constitué de volontaires qui acceptent de défendre la ville lorsqu'un danger se fait sentir. D'ailleurs le 30 du même mois, un armée bretonne est repérée à quelques kilomètres de la ville.

L'été 1456 est géré par Collemund qui effectue deux mandats à la mairie avant que s'ouvre l'ère Ventreachoux. En effet le 12 septembre, Ventreachoux devient maire de la ville ; il le sera jusque début avril 1457 ne laissant la mairie qu'en novembre au profit du plus grand policier de la ville : dame Sancie. Cette ère s'ouvre par une nouvelle guerre contre l'Anjou (15/09 - 28/10), Le comte Faooeit parvient à s'emparer de Saumur ( 16 septembre ) et la capitale Angers ( 14 octobre ), infligeant ainsi une terrible humiliation aux Angevins. Niort étant assez loin de la frontière, n'est pas trop touchée par le conflit d'autant plus qu'il tourne clairement à notre avantage.

Début décembre 1456, sous le mandat de Sancie, Le roi de France et son très nombreux entourage viennent dans notre comté. Et contre toute attente, Niort va devenir le centre du comté et peut être même du royaume. En effet, le roi arrive en ville le 2 décembre et comme prévu, il reprend la route dans la soirée. Mais sur la route menant à Poitiers, il tombe sur l'armée de la comtesse de Coudray-Salbart Icie et dans l'incompréhension général, un bref combat est engagé dans lequel le roi est blessé au bras. Il est aussitôt ramené à Niort et durant plusieurs jours, il s'y fait soigner au donjon.

L'année 1457 commence dans la douleur. En effet le 4 janvier, un double assassinat est perpétré à Niort. Les victimes, pas des moindres, sont le vicomte de Châtellerault Morgul, capitaine des armées poitevines et dame Sancie. Côté économie, ce n'est pas la joie non plus, la ville découvre la suproduction, le marché est saturé, les prix chutent.

En février 1457, création de la prime municipale aux mineurs. Le comté étant en manque de mineurs, Ventreachoux décide d'instaurer pour motiver les Niortais de donner 30 écus pour 10 jours consécutifs à la mine.

Le 22 mars 1457 est crée la distinction de Villageois d'Honneur symbolisée par une clé. C'est au conseiller La_justicière que l'on doit cette idée qui fut validé par les autorités comtales avec un peu de difficulté.

Le 10 avril 1457 est marque un changement d'époque. En effet, c'est la fin de l'ère Ventreachoux et le début de l'ère Fayom. Désormais, la mairie est gérée par Fayom (10 mandats) et ses conseillers Néférouré (2 mandats), Alizielle (2 mandats),  La_justicière (1 mandat) et Cibeline (1 mandat) lorsque celui ci est au conseil comtal ou en voyage. Leur plus grande tâche sera de lutter contre la surproduction, ils parviendront à la faire disparaître à l'automne. Durant cette période, la ville ne cesse de s'enrichir, la barre des 10000 écus est définitivement passée début août lors du quatrième mandat consécutif de Fayom.

Fin mai 1457, Fayom suprime la prime municipale aux mineurs, qui avait déjà été réduite à 20 écus, car elle revenait chère pour la mairie et elle n'apportait pas l'effet escompté.

En décembre, le cinquième mandat de Fayom est sous le signe du conflit. De grosses tensions ont lieu entre lui et le comte Cyphus ; tensions qui donnèrent des idées d'indépendance. Ainsi un texte établissant le futur statut de la ville - libre - est écrit et des contacts sont pris avec le grand maître de France, la princesse Armoria de Mortain à partir du 12. Mais cela ne restera qu'à l'état d'ébauche. En tout cas la situation s'aggravera encore lorsque le 18, les défenseurs de la ville repoussent l'armée des Ours. Ceux ci, dans l'obscurité, ont crû à une bande de brigands ; le commandant Nina27, qui fut d'ailleurs blessée, n'ayant pas prévenu la mairie de son intention de faire entrer ses troupes. Et pour finir, le comte Cyphus sur des prétextes douteux, mettra en procès Fayom pour trahison. Il sera condamné à un mois de bannissement mais la cours d'appel royale casse le jugement (novembre 1458).

En janvier, à la demande de Fayom qui doit aller en Bretagne, Alizielle redevient maire de Niort. A son retour, il est déçu par la politique de celle ci (enrichissement du comté au dépend de la ville, conseil et halle à l'abandon ...). Aussi d'âpres élections ont lieu en février entre eux, mais Fayom redevient maire au second tour. Durant ce mandat, Fayom mettra en place deux décrets :
- loi sur la suppression d'un décret municipal
- décret sur le dépôt de marchandises.

Il sera de nouveau élu  en mars et avril. Il mettra en place 3 contrats verger qui permettront de fournir tout le comté en fruits et organisera les premiers Jeux Niortais (3 épreuves : concours de jongle, combat au bâton et lancer de haches). En avril il est de nouveau accusé de trahison par le conseil comtal pour refus de remplir les rapports de milices qu'il juge inutile et dont il n'est pas tenu de faire. Finalement il ne sera condamné que de troubles à l'ordre public pour en avoir falsifier certains.

En mai, ayant décidé de participer aux élections comtales de juin afin d'insouffler un vent neuf sur le comté, il laisse sa place de maire à son épouse Cibeline qui remporte sans concurrence les élections. Ce mandat sera le dernier de l'ère Fayom (10 avril 1457- 9 juin 1458). Durant cette période la ville prospéra au point d'être loin devant les autres villes poitevines (la trésorerie passa au double avec  ~15000 écus).

C'est le comte de La Roche sur Yon, Ventreachoux qui reprend pour juin les rênes, élu au second tour face à Ducastel. Il renvoie tous les anciens conseillers. Sous son mandat, on assiste à la chute des prix sur le marché. Autre fait, suite aux désaccords avec le prévôt Allydou de Lisaran, le sous lieutenant Néférouré est virée de la police ; les autres policiers décident de démissionner laissant Niort sans représentant de l'ordre. Le mois suivant, c'est Cornélia qui devient maire. Aussitôt élue, elle rappelle les anciens conseillers et demande à Fayom de l'épauler dans cette tâche. Celui ci accepte de revenir pour ce mandat.

En août c'est Néférouré qui est élue pour la troisième fois. Lors de la formation de son conseil, elle décide de prendre Rok, Niortais célèbre pour avoir perdu plus d'une dizaine d'élections municipales et pour refuser l'ordre établi via le paiement des impôts. Son mandat se révèle mauvais économiquement et la ville est toujours sans police. Au conseil, on assiste qu'à une querelle permanente entre Rok et Ducastel, querelle qui persistera lors des élections de septembre où Ducastel aura le dernier mot. Durant son mandat, la ville a de nouveau une police avec le retour d'Elhana (ex La_justiciere).

En Octobre, c'est le grand retour de Fayom a la mairie ! Il enchaîne deux mandats qui sont houleux avec le conseil comtal, le prévôt Allydou lui refusant l'accès à la salle de sécurité. Les conséquences en seront facheuses car le 14 novembre, les lunes pourpres à la stupeur générale s'emparent de la mairie et la pillent (~20000 écus donc 11000 de trésorerie). Fayom organise la reprise de la mairie et avec l'aide d'une bonne partie de la population, expulse les brigands dès le lendemain. Le curé du village, Lhooq devient maire en intérim afin de redonner le moral et la foi aux habitants, ceux ci font preuve de solidarité et de beaucoup de générosité. Quelques jours plus tard (le 20), Fayom reprend officiellement ses fonctions. Il remet la mairie à flot grâce essentiellement à la générosité des habitants (8000 de trésorerie contre 11000 avant).

En décembre et janvier, ce sont les légionnaires Lafarmaciene et Cornélia qui sont élues. Elles s'évertuent à continuer le redressement de la mairie ou en tout cas la maintenir dans son état.

En février, débarque Karlomans. Celui ci voulant donner un souffle nouveau, crée une nouvelle organisation du conseil municipal avec une nouvelle génération de conseillers. Mais même si la volonté de bien faire est là, la situation à Niort se détériore au niveau économique : de graves pénuries notamment dans l'élevage s'installent sur le marché. C'est ainsi que lors du second mandat - en mars - le conseil organise une réunion de crise auquel ils convient l'ex multi-maire Fayom afin de trouver des solutions. L'approvisionnement du marché devient meilleur mais ce sont alors des problèmes conflictuels qui apparaissent. En effet, le tribun Mérovée se met alors à dénigrer ses collègues et le maire puis démissionne de son poste. Mais le pire arrive lorsque le 28 mars, le maire fuit la ville. Après la consternation,les notables de la ville décident - le 31 - que le chef du GIGN Anagor assurera l'intérim jusqu'aux prochaines élections quelques jours plus tard. Il est activement secondé par le candidat à la mairie Cornélia, le tribun Messires, Jmanci et Cibeline.

Début avril, on s'aperçoit donc de la mauvaise gestion sous les mandats de Karlomans, les finances sont au plus bas. Les mandats de Cornelia et de l'ancien lieutenant de police Jmanci, améliorent la situation économique de la ville. En ce qui concerne Karlomans, il sera arrêté à la frontière bretonne quelques jours après sa fuite et condamné à 6 jours de prison. De plus, le 8 mai, Fayom le provoque en duel dans la lice et lui crève un oeil au cours du combat qu'il remporte.

Toutefois le maire Jmanci, en désaccord avec le conseil comtal à propos de l'imposition, décide de démissionner le 27 mai et est remplacé par Fayom. Cet intérim n'ayant pas eu d'accord comtal, Fayom est de nouveau en procès pour trahison. Ce qui n'est pas le cas du maire pourtant l'initiateur de la chose, mais la justice du Poitou est fort étrange pour ne pas dire plus...

En juin, Fayom enchaîne l'intérim par deux nouveaux mandats de maire ; ses onzième et douzième mandats, rejoignant ainsi le record poitevin du seigneur de l'Aiguillon sur Mer, Kiriell, à La Rochelle. La ville prospère un peu durant cette période et doit surtout se défendre farouchement contre les brigands. En effet, du 23 au 26 juillet, l'armée de Thoros campe devant la ville. Dès le 23, son avant garde tente de s'emparer de la mairie mais la défense mise sur place par Fayom les repousse énergiquement. Face à l'agressivité des Niortais, Thoros ne tente ensuite plus rien et s'enfuit vers le sud.

En août c'est l'ancien juge Messires qui est élu. Malheureusement de santé fragile, il tombe gravement malade à mi-mandat. C'est son adjoint Fayom qui assure l'intérim. Toutefois le comte Jake de Valombre, lui demande d'anticiper les élections tandis que le cac Xavix, baron de Beaurepaire, refuse d'acheter les quota de céréales en retard. S'en suit un conflit entre le maire et le comte. Celui ci vient le 19 à Niort accompagné d'une quinzaine de ses vassaux. Il met Fayom en prison, condamnation dû à son intérim de mai. Mais la population se rebelle et repousse les hommes du comte, avant de finalement se soumettre le 21. Le comte charge alors Anagor de remettre de l'ordre aux finances de la ville, notamment en vue du versement de l'impôt et lancer un appel à la candidature pour la mairie. Avant son renversement, Fayom avait pris soin de cacher une partie de la trésorie pour contraintre le cac à acheter le blé s'il voulait les impôts, ce qu'il fut contraint de faire.

Vint alors en septembre, la guerre entre la couronne et l'alliance du Ponant - à laquelle appartient le Poitou - dont les prémices ont débuté en juillet avec la guerre du Berry. Cibeline devient maire vu que Fayom est inéligible pendant 3 mois. Elle le serait jusqu'à la trêve début décembre, gardant Niort dans le camp des royalistes. Fayom, lui d'ailleurs, est parti avec sa compagnie combattre dans l'armée royale ;  le but étant de s'emparer du château comtal pour ensuite déclarer l'indépendance de la ville, il n'y gagnera qu'une balafre au visage. La situation à Niort durant ces trois mois est précaire mais la ville évite la famine ce qui est loin d'être le cas dans le nord du comté.

En décembre, Fayom se fait élire maire afin de conserver Niort dans le camps royaliste. Durant les élections, il eut a faire face à l'aspirant de police Charles5 et à Melchior.percheval, conseiller comtal privé de ses droits ; ceux ci se présentant par crainte d'un conflit entre Niort et le comté si Fayom est élu. Mais avec la trêve, le comté a les mains liés, le comte doit se contenter d'isoler la ville. Ainsi, le comté ne fournit plus de fer à la ville, Fayom doit alors envoyé des marchands à Périgueux (Kalyse & Carlititos). Mais hélas ils se font attaquer par des brigands et perdent tout, causant un gros préjudice à Niort. Du coup, il sera obligé d'aller en chaparder à Poitiers pendant tout le mois.

La trêve s'éternisant, la paix ne semblant pas venir, Fayom préfère dans l'intérêt de la ville, ne pas briguer un autre mandat dans ce flou politique. C'est Anagor - propanantais - qui va prendre la relève. Il sera aidé par Messires lors des deux premiers mandats puis par Cornélia ensuite, celle ci faisant carrément un mandat en mars. Sous le mandat de Cornélia, de nombreuses tentatives de révoltes ont lieu mais sans succès. Durant ces quatre mois, les relations avec le comté sont rétablis, mais l'économie de la ville est plutôt morose. L'ambiance en ville par contre est bonne, avec notamment la création d'une nouvelle équipe de soule : Les Têtes de Mules.

A partir de mai 1460 c'est Johnston qui prend la relève à la mairie et veille à ce que l'économie tourne bien. Capitaine de l'équipe de soule, les têtes de mules, il enchaîne les défaites lors du tournoi interpoitevin. Durant ces mois estivaux, mis à part le tournoi de soule et la traditionnelle cueillette de l'angélique, le calme règne sur la ville. Ce calme va être rompu avec le retour en août de Fayom le Balafré, après 7 mois de mission avec sa compagnie des chardons noirs. Sitôt rentré, il pose sa candidature pour la mairie, ce qui va provoquer beaucoup de remous dans la ville ainsi que dans le comté. Cornélia - parti proponantais - et Johnston vont à leur tour poser leur candidature offrant les élections les plus serrées de l'histoire de la ville (34.7% pour Cornelia & Johnston et 30.6% pour Fayom). Finalement c'est Johnston qui sera élu pour un quatrième mandat consécutif.

En septembre, Fayom repose sa candidature à la mairie mais est battu par Cornélia et repart donc en mission. Cornélia garde la main sur la ville jusqu'à sa défaite face à Johnston pour le mandat de janvier 1461. Durant cet automne 1460, l'équipe de soule de Johnston qui avait été si mauvaise lors du tournoi interpoitevin, se met à briller dans la coupe royale. Sortant de sa poule avec 3 brillantes victoires, elle perd de peu face à La Rochelle - future finaliste - en huitième de finale. Niort semble donc avec les têtes de mules de Johnston, avoir retrouver une grande équipe, chose qui lui faisait défaut depuis la disparition de l'Heretic Soule Club de Morgul en 1456.


Dernière édition par fayom le Sam 23 Mai - 9:44, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fayom
Capitaine de la compagnie des Chardons Noirs / Maire de Niort - Admin
Capitaine de la compagnie des Chardons Noirs / Maire de Niort - Admin
avatar

Messages : 3556
Date d'inscription : 28/11/2009

MessageSujet: Re: L'histoire de Niort   Sam 6 Avr - 10:25

Après deux mois à la mairie, Johnston souhaite se consacrer uniquement au conseil comtal (il deviendra prévôt). Fayom qui déplore la politique de marché du maire - les boulangers n'avaient plus que 16 écus de salaire notamment - en profite pour se faire élire en mars face à Cornelia et Irisdessa (compagne de Johnston). Il réhausse les prix sur le marché rendant aux producteurs des prix décents et remet au goût du jour le commerce interprovincial. Mais son mandat est aussi marqué par l'échec de ses réformes qui sont invalidés par le comté, la protestation des partisans de la politique de Johnston et les éternels conflits avec le comte à propos d'obligations administratives. Aussi, il ne se représente le mois suivant laissant sa place à sa rivale Cornelia.

Après son mandat où elle rebaissa les prix sur le marché et réinstaura son décret sur la grille de prix, elle laissa la mairie à Irisdessa. Mais celle ci fut battu aux élections par Charles5. Finalement, elle deviendra maire en juin et enchaînera 3 mandats. Cette période n'est pas rose pour la ville, la population est à son plus faible niveau, ses institutions au point mort (conseil municipal, GIGN...).

La situation empire en septembre. En effet, le nouveau maire, le vieil Atchoumeuh -élu grâce au soutien du sénateur Begon -, décide de rejoindre l'armée brigande de la Fatum et quitte la ville avec une partie de la caisse. C'est le lieutenant Flamel qui assure l'intérim avec l'aide de Johnston.

Ce dernier se représente pour octobre et sera élu (ainsi qu'en novembre). Il essaye de redresser la barre mais la situation de la ville est toujours aussi préoccupante. A noter durant le mandat de novembre, l'entrée en politique de Pandémie qui remplace Charles5 comme tribun.


EN CONSTRUCTION

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'histoire de Niort   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'histoire de Niort
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'histoire de Niort
» Histoire de la prison Bonne Nouvelle de Rouen
» Histoire des noms de nos navires
» L'histoire du Corps de Marine
» L'histoire de petit Louis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Ville de Niort  :: Bibliothèque Lordiceman :: L'histoire de Niort-
Sauter vers: