La Ville de Niort
Bienvenue à Niort

La Ville de Niort

Tout sur Niort: les réunions du conseil mais aussi nombre d'informations sur les filières et métiers. (Forum non Officiel des Royaumes Renaissants)
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Mémoires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
fayom
Capitaine de la compagnie des Chardons Noirs / Maire de Niort - Admin
Capitaine de la compagnie des Chardons Noirs / Maire de Niort - Admin
avatar

Messages : 3556
Date d'inscription : 28/11/2009

MessageSujet: Mémoires   Dim 22 Fév - 11:52

Chapitre I : Jeunesse (1427-1456)

Je naquis à Niort le 19 octobre de l’an de grâce 1427 dans une famille de boucher jusqu’alors modeste mais qui venait de débuter son ascension sociale. Mon grand-père Charles - décédé en juin 1428 - avait  eu la chance d’aller commercer en Egypte à partir de 1420, malgré la guerre qui sévissait en France depuis si longtemps. Cette activité lui rapporta de belles sommes d’argent avec lesquelles, il acheta plusieurs terres cultivables au sud de la ville. Malheureusement sa mort mis un terme à son commerce mettant un frein temporaire à l’essor familial.

  Je grandis donc dans une maison du quartier de La Nuitel avec ma sœur Labell10z - de 6 ans ma cadette - mes deux tantes nées quelques années avant moi en Egypte, Araya et Néférourê. Tout cela sous l’autorité de mon père Guy, ma mère Marguerite étant morte d’une fièvre durant l’hiver 1434. J’ai passé ma jeunesse à jouer dans les rues du quartier avec mes amis Morvandiau, FricaiAndlat, Ivons et Legris. J’allais également souvent chasser dans la forêt avec mon père qui fournissait notre boucherie en gibier, apprenant ainsi à maîtriser l’arc. Ma sœur profitera d’ailleurs de cet enseignement pour remporter en 1457 l’épreuve de tir à l’arc lors du tournoi de l’ost.

  Par son activité, mon père fut choisi en 1448 pour être franc-archer de la ville de Niort comme le réclamait la petite ordonnance de Bourges promulguée par sa majesté. Et lorsque le roi décida de reprendre les hostilités en 1449 contre les Anglais, il prit la route pour participer à la campagne de Normandie. Après la victoire décisive de Formigny (15 avril 1450). Sa majesté décida de reconquérir la Guyenne, dernière province du royaume encore aux mains des Anglais. La troupe royale passa par le Poitou, me permettant de revoir - ce sera la dernière fois - mon père, le temps de 2 journées. Lorsqu’il repartit, ma tante Araya, décida de le suivre. Elle fut toujours de nature volcanique et rêvait d’action, voyant en Jeanne d’Arc son idéal ;  à 30 ans, elle voyait là l’occasion d’y parvenir. Néférourê, sa sœur, était tout le contraire : plus posée, elle se satisfaisait de son métier de tisserand qu’elle avait appris. Mon père repartit donc avec ma tante en ce printemps 1451. La campagne fut victorieuse mais mon père ne revint pas, restant en garnison. Malheureusement, il ne revint jamais car les Bordelais mécontents, ouvrit leurs portes aux Anglais l’année suivante, obligeant sa majesté à une nouvelle campagne. Elle fut victorieuse et définitive mais mon père perdit la vie lors de l’ultime bataille, celle de Castillon (21 juillet 1453).

  En partant pour la guerre, mon père m’avait chargé de veiller sur notre famille. Du haut de mes 22 ans, je travaillais chaque jour dans la boucherie, allant chasser en forêt au lever du jour avec ma sœur. Je ne m’accordais que la soirée en taverne pour boire quelques choppes avec mes amis. Un jour de 1452, alors que je chassais, je rencontrai Nath42. Une très jolie blonde, au fort caractère, passant ses journées dans les bois, à l’écart des hommes, en compagnie de son faucon. De suite, je suis tombé sous le charme et visiblement, elle semblait apprécié ma compagnie. Toutefois ma modeste condition m’empêchait d’entreprendre quoique ce soit, j’espérai toutefois devenir un jour digne d’elle. En attendant, Araya revint en août 1453 et nous appris la terrible nouvelle ; toute la famille en fut effondrée. Désormais j’étais le chef de la famille, famille qui allait encore se réduire puisqu’Araya décida de quitter Niort et de parcourir les routes du royaume. Elle y fit la connaissance de quelques bandits de grands chemins qui l’entraînèrent hélas dans leurs méfaits.

  Les années passèrent ainsi, ma sœur et moi gérant la boucherie, Néférourê son atelier de tissage. Les choses changèrent en 1456. Tout d’abord, la ville connue une grosse alerte en début d’année. Une armée angevine est venue en faire le siège, la mairesse Asjka appela la population à rejoindre les rangs de la milice, ce que je fis ! C’est jusqu’alors ma seule participation dans la vie politique, cela ne m’intéressait pas encore. Ce n’est pas le cas par contre de ma tante qui depuis qu’elle fit la connaissance de Nessty - une femme très intransigeante mais au grand cœur -, suit tout ce qui se passe en ville. Pour ma part, je cherchais encore le moyen d’être digne de Nath42 dont j’étais éperdument amoureux. Elle aussi l’était, mais je l’ignorais à ce moment là. Pourtant sa récente installation à une rue de chez moi était un signe clair de la part de quelqu’un comme elle, mais je ne le percevais hélas pas.

  En septembre, je pensais avoir trouvé ce moyen. En effet, un jour que j’étais en taverne je fis la connaissance de l’aspirant Vengeur81. Celui-ci servait dans l’ost au sein de l’armée des ours. Son commandant Nina27 voulait créer une cinquième compagnie et l’avait choisi pour la diriger, à condition qu’il trouve les hommes pour la remplir. C’est donc dans ce but qu’il m’accosta. De suite l’idée m’a séduit, si je parvenais à monter en grade, je pourrais faire ma demande à Nath42. J’accepta donc de m’engager, il me dit de me rendre dès que je pouvais à Magné où son cantonnés les ours et que là bas, il sera à mes côtés pour toutes les démarches nécessaires. La vérité est que je ne le reverrai jamais plus ! Je me présentais à la caserne le 14, on m’indiqua les quartiers de ma compagnie mais ni trouva point l’aspirant, ni aucun autre officier d’ailleurs dans toute la caserne. Je rentrais donc à Niort un peu déçu.  Fort heureusement quelques jours plus tard, je rencontrai en taverne, celle qui deviendrait une de mes meilleures amies et frères d’arme : le soldat O0oAudreyo0o. Elle m’expliqua que les ours venaient de partir à la guerre en Anjou ; elle, elle était restée ici à cause d’une blessure. C’était une aubaine pour moi, car elle m’aida pour tout l’administratif dû à une intégration.

  Septembre 1456, fut aussi pour moi la découverte de la capitale du comté. Puisque je ne pouvais pas servir dans mon armée, je m’occupais de mon champs. La récolte de maïs avait été très bonne cette année, Néférourê me proposa d’aller en vendre une partie à Poitiers. Nous passâmes donc quelques jours à Poitiers où je fis de très bonnes affaires. C’était mon premier séjour dans la capitale. J’y découvris son château, sa grande place, sa halle et ses tavernes (le gai clain & le grand Bitard). J’y fis là bas la connaissance  de personnes sympathiques :
- l’espiègle Sandrae alors compagne du maire Teclo et qui finira sa vie à Niort à produire de la liqueur de poire avec son mari Ironflo.
- le commandant Sylméria, responsable de la défense de la ville mais dont le trépas allait venir quelques semaines plus tard
- la charmante Kiliana et son compagnon Theudrik, honnête et courageux homme dont je n’ai jamais saisi comment il pouvait soutenir la cupide Allydou.
- les pilliers de taverne Thomaslatapie, Darkking56 qui finira tristement et la frivole Buffy.s.
- La douce comtesse consort du Poitou Lady d’Elric de Surgères et ses crêpes succulentes.

 Quelques jours plus tard, les ours étaient de retour à Niort pour très peu de temps. Je rencontrais alors mes compagnons et mon commandant Nina27. Elle m’avertit - avec son accent qui la rend si peu compréhensible - que son armée allait reprendre la route pour l’Anjou où la guerre continue malgré les prises de Saumur et d’Angers, et que je serai du voyage. Je lui demandai où était passé l’aspirant Vengeur81 mais je n’eus aucune réponse. Le départ était fixé au 14 octobre, quelques jours avant mon 29ème anniversaire.  Je profitais de ces derniers jours avant le départ pour réconforter Néférourê qui vivait une rupture avec le Thouarsais et futur pilleur de La Trémouille Anggel, mais surtout pour passer du temps avec Nath42.

  La veille du départ, tard le soir, je ramenai Nath42 après avoir passé la soirée avec elle. Au moment de partir, devant sa demeure, je pris mon courage à deux mains et l’embrassai, après tout peut être ne reviendrai-je pas,... puis je pris la fuite avant qu’elle réagisse.  Le lendemain, elle vint me voir en taverne furieuse point du baiser volé mais de ma fuite. Me menaçant avec sa dague, je lui avouai mes sentiments pour elle et nous finîmes la soirée l’un contre l’autre jusqu’à ce que l’officier Lefilsdisabel vint me chercher pour le départ.

  Je pris donc la route avec mon armée pour le nord. J’appréhendai les futures batailles mais les derniers moments passés avec Nath42 ôtaient mes inquiétudes. Arrivé à Thouars, je fis la connaissance à La Caverne des futurs grands économistes Extraelle et Pano, de l’humoriste Cali ainsi que de cette Marianne, filleule d’Anggel qui fut la cause de la rupture avec ma tante. Au moment de reprendre la route, nous apprîmes que finalement nous n’irions pas en Anjou mais à La Trémouille, protéger la frontière est.

  A La Trémouille, nous retrouvâmes l’armée saintaise des Phénix du grand commandant Théodebert composée notamment du plus grand ivrogne du Poitou : Lopi, du volontaire Sons et de Doudounette qui rejoindrait après la guerre la grande horde de femmes vivantes dans cette ville. En effet, les tavernes trémouilloises grouillent alors de moult dames : Mimill, Sandy_Lee, Kalimereth, Chiquette, Clochette_e, Allydou, ma future épouse Cibeline et sa sœur Patrie, la femme du maire Wilhelmina que je surnomme Wina III (les deux premières étant à niort : Edwina et Guerwina)... J’y retrouve également ma tante Araya qui malgré une romance avec le lieutenant de police Eragon, a des ennuies avec la prévôté suite à ses péripéties sur les routes du royaumes. Les jours passent ainsi entre surveillance et rigolade en taverne jusqu’au jour où nous retournons à Poitiers. Mais à peine arrivé à la capitale, nous apprenons que La Trémouille a été pillée par des Espagnols - arrivés quelques jours plus tôt – malgré la présence des Phénix. Nous reprenons la route de La Trémouille et en chemin tombons sur une partie des brigands. Le combat s’engage alors et avec l’aide d’O0oaudreyo0o, j’en tue un ! C’était la première fois que je tuais un homme, à ce moment là, je pensais à mon père et imaginais ce qu’il avait pu éprouver lorsque cela lui était arrivé.

  Rentré sur Poitiers, j’eus la merveilleuse surprise d’y trouver Nath42 qui impatiente de me revoir avait fait la route. Nous passâmes alors deux jours très chaud où toute l’expérience acquise dans les bordels de Niort me fut profitable. Puis Nath42 repris le chemin de la maison, je lui promis de rentrer bientôt mais hélas c’était la dernière fois que je la vis. En effet, de retour à Niort le 14 novembre, soit pile un mois après notre départ, j’appris que celle que j’aimais depuis des années était morte 3 jours plus tôt d’une vilaine chute d’échelle. Je noyai alors mon chagrin dans la bière, prenant une cuite mémorable avec O0oaudreuo0o, puis j’érige dans les bois un autel en son honneur - le temple d’Artémis que je le nomme - où repose son corps et conserve sa dague avec laquelle elle m’avait menacé.

  Trois jours plus tard, je me rendis à Poitiers pour voir Araya. Le comté avait refusé qu’elle reste parmi nous. J’éprouve alors une haine pour le prévôt Chuichian  que je pense seul responsable de son exil. C’est la dernière fois que je vis Araya, elle eut un enfant quelques mois plus tard un enfant d’Eragon qui mourut en juillet 1459. De chagrin, elle en mourut un mois plus tard ! Je revois également durant ce séjour la trémouilloise Cibeline, nous faisons plus amples connaissances loin des fêtes de La Trémouille. Elle venait de se séparer de son compagnon, le barde Bloodlovin avec qui elle avait pourtant eu une fille prénommée Angèle.

  A peine revenu à Niort, le 19 novembre que je repris la route en compagnie O0oaudreyo0o pour découvrir le sud du comté. A La Rochelle, je découvre la mer pour la première fois, la ville est alors peu animée, on trouve quelques personnes à  la Fiesta du futur comte, Xédar. J’y retrouve Nessty et Néférourê accompagnées d’un homme gros et de sa fillotte, qui veulent se rendre au Périgord ; cela se passera d’ailleurs pas très bien là bas. Je fais la connaissance d’une Auvergnate nommée Ulyceduel qui me donnera un baiser au cours de la soirée. Je rencontre aussi Abelard De_Mesdeuzes, un saintais à l’accent très particulier et aux célèbres galanteries sud-poitevines. Ensemble nous faisons la route pour Saintes où nous nous y restons une semaine. Durant ce séjour à Saintes, la ville était occupée à préparer l’arrivée du roi Levan III et de sa cour. De_Mesdeuzes ouvrit même une taverne pour accueillir la troupe royale. C’est là bas que je rencontre Kalyse, une jeune fille de 18 ans qui s’était enfuie du couvent où elle avait grandi. Je l’ai prise de suite d’affection et décide d’être son tuteur bien qu’elle aurait aimé autre chose. Je fais également la connaissance de son infini grandeur Faooeit de Surgères qui fricottait avec Chiquette - en séjour également à Saintes - au grand dam de son épouse, la comtesse Lady qui me demandait des informations.  
  Chiquette était venue avec la Thouarsaise et légionnaire Kissiou accompagnée d’un autre légionnaire nommé @lex. Lors d’une soirée bien arrosée - le 28 exactement - en présence de De_Mesdeuzes, alors que je songeais à une aventure avec Chiquette, c’est avec Kissiou pourtant plutôt farouche que cela se fit. Une fois seules dans la taverne, les nombreuses piques lancées au cours de la soirée, se sont terminées en ébat sauvage jusqu’au petit matin. C’est à ce moment là qu’elle m’annonça qu’elle était en couple avec le prévôt Chuichian ! Décidément, il avait le don de me contrarier même si cela m’amusait de le faire cocu. Mais en couple ou non, j’avais bien l’intention de remplacer définitivement le prévôt dans sa couche. L’heure de quitter Saintes était venue bien que ce séjour aurait pu durer : le commandant Théodebert m’ayant demandé ainsi qu’à O0oaudreyo0o de renforcer son armée quelques jours pendant la visite royale, avant de finalement se rétracter. Nous prenons ainsi la route, O0oaudreyo0o et moi renforcés de Kalyse qui vient vivre avec moi à Niort, de Kissiou et son compagnon d’armes @lex. A La Rochelle, je partage une nouvelle fois la couche de Kissiou puis à Niort, nous nous quittons, elle me dit qu’elle va faire le point mais je sens que je ne la retrouverai pas sur le pas de ma porte un jour.

  Les jours passent où je pense à Kissiou, nous entretenons une correspondance assez soutenue où je tente de la convaincre. Pendant ce temps, le roi arrive à Niort le 2 décembre, Je me rends sur le passage du cortège pour admirer la troupe que je n’ai seulement que croisée à Saintes. Je discute en taverne avec les soldats, rencontre quelques officiers et surtout le Grand Maître de France et belle fille du roi, la princesse Armoria de Mortain. Elle avait décidé d’ouvrir des séances de doléance pour rapprocher le peuple de la couronne, je m’y rendis pour connaître un peu mieux la connétablie royale mais n’apprécia guère le ton hautain de la princesse. La troupe royale ne devait rester qu’une journée à Niort mais il y eut l’incident sur la route de Poitiers qui blessa le roi. Il est revenu alors à Niort se faire soigner, logeant dans notre donjon. C’est alors que je me mis à rédiger une chronique du séjour du roi au Poitou ; malheureusement, malgré un certain succès, elle est demeurée inachevée, faute d’information sur leur passage à Thouars.

 Avec Kalyse, nous apprenons à nous connaître mais une certaine gêne due à la façon dont elle me regarde, s’installe. Aussi le 16, je décide de prendre un peu de distance et d’aller pêcher avec mes amis FricaiAndlat, O0oaudreyo0o, ma tante Néférourê revenue de son périple périgourdin, une sœur d’armes Guerwina avec qui ça finira mal et Bergeere dont je viens de faire la connaissance en taverne. Nous y restons 3 jours, ramenant du bon poisson ! Dans les tous derniers jours de l’année, je retourne de nouveau pêcher à La Rochelle mais cette fois seul. Puis le 31, je prends la route de Poitiers où un bal est donné au château dans la future salle de l’agora. J’y vais uniquement pour voir Kissiou. Mon entrée fut de suite remarqué par le prévôt qui avait dû avoir des échos de ce qui s’était passé entre sa compagne et moi. Kissiou vient me demander de la rejoindre dans la cour où Chuichian fait rapidement son apparition. Une discussion animée s’ouvre alors qui se finit par le poing du prévôt dans mon visage. L’envie de répondre et de lui faire mordre la poussière est très forte en moi mais en regardant Kissiou, je préfère m’abstenir pour avoir le beau rôle. Le prévôt repart à l’intérieur, Kissiou m’adresse quelques mots puis quitte les lieux. Je prends alors à mon tour la route pour Niort, finissant l’année seul, dans le froid et sur mon cheval !

_________________


Dernière édition par fayom le Dim 11 Oct - 15:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fayom
Capitaine de la compagnie des Chardons Noirs / Maire de Niort - Admin
Capitaine de la compagnie des Chardons Noirs / Maire de Niort - Admin
avatar

Messages : 3556
Date d'inscription : 28/11/2009

MessageSujet: Re: Mémoires   Dim 11 Oct - 15:07

Chapitre II : La consécration (1457)

  Au tout début de l’année pour me changer les idées, je pris dès le 3, la route de La Trémouille pour y retrouver l’ambiance festive que j’avais connu à l’automne dernier. Je ne fus pas déçu du voyage, l’animation était au rendez vous. J’y retrouve en particulier, Cibeline avec qui dans la soirée du 8, un baiser échangé par jeu en taverne se transforma en une grande histoire d’amour ! Je repris la route de Niort avec elle mais au bout de quelques jours, elle voulut retourner à La Trémouille où sa fille Angèle était restée avec Patrie. Nous demeurons donc là bas jusqu’au 20 étant alors mobilisé par l’ost. Pendant ce séjour, notre amie Allydou nous fait part de son envie de se présenter à l’élection municipale ; nous l’encourageons à le faire, la rassurant sur ses capacités, si nous avions su...

 L’armée m’avait donc rappelé car il y avait de nouveaux troubles avec l’Anjou. Je rejoins donc le 21janvier, les Ours à Poitiers où nous intégrons l’étendard du comte de Coudrai-Salbart Gaelik Plantagenêt. Plusieurs hommes dont le lieutenant Bogosse n’avait pas suivi le gros de la troupe malgré les ordres ; pourtant lors de mon passage à la caserne entre mes deux voyages à La Trémouille, l’intendant Cyphus Garion était venu faire une inspection et avait vivement critiqué notre discipline. N’ayant pas apprécié, je m’étais permis de dire que je n’avais rien à me reprocher. Il me répondit que je n’étais pas visé, ce que mon commandant confirma en me parlant d’une future promotion, elle vint le 3 mars où je devenais caporal. C’est aussi durant ce passage que je changeais de lieutenant : Lefilsdisabel était en effet transféré à la première compagnie suite au départ de Kaliadon, ce fut Lafa_ qui fut promue lieutenant de la seconde.

 Une fois ralliés à l’étendard du comte Gaelik, nous sommes allés à Thouars protéger la frontière. Durant ces quelques semaines, il ne se passa rien sur le plan militaire ; le 15 février je m’étais bien porté volontaire pour une mission sous commandement du lieutenant Lefildisabel mais elle fut annulée sans que je sache de quoi il en retournait. Par contre, il en était tout autre sur le plan affectif où une belle bataille eut lieu. En effet, Thouars était le lieu de villégiature de Kissiou et de Chuichian. Avec ce dernier, le seul rapport que j’entretenus, fut la rose jaune que je lui fis parvenir le jour de la St Valentin pour lui rappeler ses belles cornes. Mais concernant Kissiou, ce fut plus engagé ! Cibeline m’avait suivi à Thouars avec sa fille, d’ailleurs c’est durant ce séjour que fut conçu notre premier enfant. Or Kissiou vint plusieurs fois me voir et chercha à me récupérer, à tel point que Cibeline s’apprêtait à abandonner la partie. Mais pour moi Kissiou était le passé, son indécision les mois précédents m’avait lassé, je dus alors faire preuve de persuasion pour rassurer Cibeline allant jusqu’à lui demander sa main. Pour mon plus grand bonheur, elle accepta, tout comme de venir vivre à Niort. En échange, je lui proposa de célébrer le mariage à La Trémouille. Seulement à La Trémouille, il n’y avait plus de curé depuis quelques temps, nous contactons alors l’évêque de Limoges (La Trémouille faisant partie de son diocèse), Alhysis de Fortunat, sœur de la comtesse Magoo qui dirigeait à ce moment là le comté. L’évêque se proposa de faire la cérémonie qui fut fixée au 20 mars.

 Le 19 février, j’étais de retour à Niort et j’allais commencer ma carrière politique ! J’avais compris que capitaine n’était pas seulement une charge militaire mais aussi politique. Aussi, j’avais proposé mes services au maire Ventreachoux. Celui-ci dirigeait notre ville depuis septembre (hormis le mandat de Sancie en pleine visite royale) et en ce début d’année, il dut renouveler son conseil. En effet, l’indéboulonnable vicomte Cristof  avait décidé de prendre du recul après avoir créé le GIGN, il en était de même pour Waldorick et Gorek. Collemund était parti faire un séjour spirituel au monastère ; Nonette, Theclis et Arctuce123 n’avait pas passé l’hiver. Seul demeurait le fidèle Datan et les jeunes Dune et Volkmar. C’est ainsi que je fis mon entrée au conseil en compagnie de mon ami Morvandiau, mon frère d’armes Rafan17 ainsi qu’Elhana, Soquiate et Bergeere. Mes rapports avec le maire étaient assez réservés, il y avait eu quelques querelles entre son conseil et le duo Nessty-Néférouré. C’est d’ailleurs pour cela qu’il refusa de prendre ma marraine lorsqu’elle lui demanda ; l’ironie est que plus tard, une fois comte, elle sera son CAC et deviendra ensuite sa vassale. Mais je dois lui rendre hommage pour l’apprentissage de la fonction de maire qu’il m’a offert.

  J’étais donc chargé de la fillière viande, maïs & lait avec pour but de prendre la relève le mois suivant. Dès ma prise de fonction, après analyse de nos paysans, j’ai eu l’idée de mettre en association deux cultivateurs de maïs avec un éleveur de porc. Le but était une exclusivité avec des jours et des prix convenus d’avance. Malheureusement après deux semaines d’essai avec quelques volontaires, je dus renoncer à ce projet qui ne pouvait marcher que si la très grande majorité utilisait ce partenariat et je n’avais pas convaincu tout le monde.
  C’est durant ce mandat que fut créé le villageois d’honneur (8 mars). C’était une idée d’Elhana qui avait vu cela en Lyonnais dauphiné. Ce ne fut néanmoins pas simple de le faire valider au conseil comtal où Chuichian mis des bâtons dans les roues. Fort heureusement le vicomte Cristof, également membre du conseil, parvint à le faire valider. Lors de sa publication, il y eut aussi grand débat avec l’ancien policier Frigien et puis l’incontournable duo Nessty-Néférouré. Ma position était alors assez inconfortable, pris entre deux feux mais je parvins à m’en sortir. A mes yeux, cette distinction était quelque chose d’important car j’ai toujours considéré qu’il fallait se montrer reconnaissant envers ceux qui apportent beaucoup à la communauté ; aussi j’allais devenir le principal pourvoyeur de propositions. Evidemment, le premier Niortais à recevoir cet honneur fut le vicomte Cristof et c’est moi – tout nouvellement élu maire – qui sera chargé de lui remettre la clef au cours d’un bal mi-avril.

  Alors qu’il était prévu que je me présente aux élections en mars, Ventreachoux souhaite poursuivre un mois supplémentaire pour finir quelques affaires. J’en profite pour me marier fixant la cérémonie au 20 mars ! J’avais invité tous ceux qui m’étais le plus proche, quasiment que des Niortais et c’est donc un exode massif de la ville qui eu lieu. Arrivé à La Trémouille, les amis de Cibeline avait fait les choses en grand ! Le seul couac venait d’Allydou ! Celle-ci devait être le témoin de Cibeline – le mien étant O0oAudreyo0o - mais elle devait avant se faire baptiser. Or elle mis peu d’ardeur pour faire sa pastorale préférant batifoler avec son amant. En plus de ne pouvoir assurer son rôle – ce sera finalement le seigneur Jehan de Proisy qui sera le témoin -, elle préférera passer ses soirées avec des amis Thouarsais présents en ville qu’avec son ami. Toute cette ingratitude envers mon épouse me révolta et me voua une rancœur tenace ! Mis à part se désagrément, les festivités vont bon train, les tavernes sont pleines et la bière coule à flot.
  Puis vint le jour de la cérémonie. Pour l’occasion, Néférouré m’offrit une dague, un col et une cape. Ensuite, nous nous rendîmes à l’église où tous nous attendaient. Tous mes amis étaient là, ma famille également à l’exception d’Araya : Néférouré, Labell10z, mes deux fillottes Kalyse et Lexy. Lexy était une enfant d’une dizaine d’année qui avait fui le couvent où la mère supérieur la battait. Touché, je l’avais recueillie et depuis elle me faisait la misère notamment en taverne ou à ma boucherie. Plus tard, elle voulut partir retrouver ses origines et y parvint : elle était la fille batarde d’une angevine, la duchesse Kilia de Chandos de Penthièvre et d’un noble Poitevin, le comte Baillan de Mauléon. Dès lors, elle s’éloigna de plus en plus de moi.  
  Un incident eut lieu pendant l’office : Kissiou qui avait dû entendre parler du mariage, s’était rendue à La Trémouille. Elle fit son apparition en pleine cérémonie ce qui me contraria fortement, je ne voulais plus la voir dans ma vie. Heureusement, Néférouré s’occupa de l’expulser de l’église et tout rentra dans l’ordre. Ainsi je fus uni à Cibeline !

De retour à Niort, je me présente pour les élections d'avril et étant le seul candidat je deviens maire, le premier de quatre mandats consécutifs. Aussitôt élu, je commence par faire mon conseil, voulant avoir une équipe soudée et qui me soit dévouée :
- Je ne reconduis pas le couple Dune et Volkmar, trop peu investis ces derniers mois.
- Datan non plus, trop attaché à l'ancienne équipe - qui a fait des misères à ma marraine - à mon goût. Mais je le reprendrai à partir du troisième mandat, appréciant son expérience et ses points de vue, même si je sais qu'il ne me suivra jamais aveuglément.
- Je conserve par contre ceux arrivés en même temps que moi et qui sont mes amis : Rafan17, Morvandiau, Elhana et Bergeere chargée des mines mais qui décédera au bout d'une semaine.
- A ce groupe, j'y adjoins mon épouse qui prend la fonction de tribun, assistée par La meunière 2tret2f, une vieille dame qui avait exercé cette fonction jadis. Avec elle, j'espère fidéliser les anciens de la ville et très vite, j'eus beaucoup d'affection pour elle et son acolyte la boulangère Titefee. Néférouré, après avoir été éconduite plusieurs fois par Ventreachoux, accède enfin au conseil et s'occupe du commerce.
- S'ajoute également la prometteuse Alizielle et Pinte, un Bordelais qui m'a dit avoir été maire là bas, mais ce fut une grosse déception ! Il sera remplacé par Vladius dès le mandat suivant.
- Enfin la petite dernière du groupe, ma soeur Labell10z qui se mit à s'intéresser à la politique à partir de mai.
Le conseil municipal était alors dynamique et l'ambiance fort joyeuse. Néanmoins durant ses quatre mois, des tensions sont apparues à deux reprises. La première fois en mai lorsqu' Alizielle et Néférouré se présentèrent sur la liste comtales adversaires de celle où je me trouvais. Néférouré boudera le conseil municipal en juin. La deuxième fois fut avec Elhana, qui participait à la grève des policiers s'opposant au procureur Nessty, car elle soutenait le bailli et lieutenant de police Allydou dont je réclamais au conseil comtal des sanctions à son encontre pour sa participation à la grève.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Mémoires
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Oeuvres complètes de Marie Ravenel. Poésie et mémoires.
» Mémoire de master littérature sur les bibliothèques
» Paroles de femmes :
» The wall of Shame
» étudiante puéricultrice recherche témoignages

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Ville de Niort  :: Domaine des De Niort :: Hôtel de Niort :: La bibliothèque-
Sauter vers: